7 leçons de stratégie tirées de la plus grande lettre de vente de tous les temps

7 leçons de stratégie tirées de la plus grande lettre de vente de tous les temps

À son apogée, ce chef-d’œuvre de copywriting rapportait 250 000 dollars par jour

Vous aimez la vente ? À moins d’être un entrepreneur, un vendeur ou un négociant qui essaie de trouver des acheteurs, il n’y a probablement aucune raison d’aimer la vente. Même les gens qui font de la vente détestent la vente.

Ce n’est pas parce que c’est mal, mais à cause de l’histoire qui y est associée. C’est pourquoi la plupart des vendeurs qui souhaitent mieux vendre se tournent vers les personnes qui réussissent sur le terrain pour trouver des idées et de l’inspiration.

Gary Halbert s’est autoproclamé le plus grand copywriter. Sa plus grande lettre de vente, qui est sans doute son meilleur travail, produisait à un moment donné 250 000 dollars par jour. Les commandes étaient si importantes que sa banque a créé une section pour les commandes qui affluaient de la lettre. Cette lettre est connue sous le nom de lettre des armoiries.

Lisez la lettre vous-même :

En version française :

Cette lettre a eu un succès incroyable et ce succès n’est pas un hasard. Il y a sept leçons de stratégie de vente à en tirer que vous pouvez mettre dans votre copywriting aujourd’hui et qui auraient un effet significatif sur le taux de conversion.

Les voici :

1. Écrire en images

À partir de la lettre, vous pouvez imaginer le scénario de la personne qui vous écrit. Les gens s’imaginent souvent ce qu’ils lisent. Si votre copywriting ne projette pas une image au lecteur, elle n’est pas assez convaincante.

D’après la lettre de Gary, l’image de la femme qui vous écrit est claire et évidente. Elle est mariée. Elle fait des activités avec son mari.

Elle a le temps de chercher quelque chose qui a un rapport avec l’histoire et l’héritage, ce qui montre qu’elle est à la retraite et assez âgée. Son adresse est également cohérente avec cela. Son ton suggère qu’elle n’est pas du tout entreprenante à ce sujet.

 

2. Personnalisez

Gary Halbert dit toujours que la meilleure façon d’attirer l’attention d’une personne est de mettre son nom sur une lettre. Les prénoms sont généralement courants, mais les noms de famille sont rares.

Imaginez que vous receviez un courriel aujourd’hui avec votre prénom et votre nom de famille dans l’objet. Vous l’ouvririez, n’est-ce pas ?

 

3. Donnez vos coordonnées

Imaginez que vous vous inscriviez à la liste de diffusion d’un homme d’affaires ou d’une personnalité publique très occupée et que vous receviez des courriels de leur part tous les jours.

Vous sauriez automatiquement que ces courriers ne proviennent pas d’eux. Quelqu’un d’autre l’écrit, alors pourquoi ne pas simplement accroître la crédibilité en partageant les coordonnées de l’auteur ?

Il était facile pour Gary d’utiliser l’identité de sa femme dans cette lettre car il ne s’agit que d’une seule lettre, mais vous remarqueriez le numéro de téléphone et l’adresse détaillée qui exposent l’identité au lecteur. Le lecteur peut vérifier l’authenticité s’il a envie de le faire.

Donner sa vraie identité et ses vraies coordonnées personnelles vont permettre d’instaurer un climat de confiance.

 

4. Vendre du prestige personnel (ou un besoin humain supérieur)

Qu’est-ce que Gary Halbert offrait aux lecteurs de la lettre ?

Une information ? Une décoration murale ?

Non.

Il leur offrait un prestige personnel.

Quelque chose dont ils pouvaient être fiers.

Quelque chose dont on peut parler avec fierté.

Gary Halbert vendait une idée et il en a associé le tableau.

La leçon à retenir ici est de vendre aux gens ce qui les intéresse.

 

5. Utiliser un fait ou une découverte

La première ligne du corps de la lettre intriguerait n’importe qui au sujet du reste du contenu. Plus important encore, le fait qu’il s’agissait d’une découverte signifie que personne d’autre n’a probablement fait une telle découverte.

La réaction attendue du lecteur est guidée par la lettre. Le quatrième paragraphe du corps de la lettre y fait droit. Le rapport a ravi les amis de l’écrivain, c’est pourquoi on s’attend à ce qu’il réjouisse également le lecteur.

 

6. Ajouter une raison pour qu’un lecteur achète

La lettre mentionne que le rapport constitue un grand cadeau pour les proches.

Si j’étais le lecteur de cette lettre, c’est cette phrase qui me ferait acheter.

Je ne l’envisagerais pas pour moi, mais l’idée de la donner à certaines personnes me donnerait envie de commander. Et bien sûr, si je veux l’offrir à d’autres personnes, cela ne me ferait pas de mal d’en avoir une moi-même.

Que se passera-t-il si le lecteur achète ce que vous lui offrez ? C’est ce que vous voulez projeter au lecteur.

 

7. Utiliser le prix comme point final de persuasion

Ce que les gens veulent vraiment, ils trouveront l’argent pour se le permettre. S’ils n’ont pas pris la décision d’acheter et que vous pensez que votre prix est juste, une simple baisse de prix ne servira pas à grand-chose.

L’une des grandes stratégies de la lettre de Gary Halbert est d’amener le lecteur a passer commande sans mentionner le prix. L’achat n’est jamais vraiment une question de prix.

C’est et cela a toujours été une question de valeur. L’accord sur le prix n’est que la cerise sur le gâteau. L’offre n’est pas une réduction de prix.

Imaginez si la lettre commençait par un ton excité avec une réduction de 50% sur les commandes de plus d’ un rapport historique. Vous pouvez être sûr qu’elle ne se vendrait pas.
Enfin, vous ne pouvez vendre qu’aux personnes qui veulent acheter. Si votre message ne les met pas en mode achat, vous ne vendrez pas. Mais si vous parvenez à exciter le sang dans leurs veines d’acheteurs et que vous ajoutez une transaction sur le prix, vous pouvez être sûr que les commandes arriveront.

 

Pour écrire vous aussi des lettres de vente qui convertissent, consultez nos services ici :

Offres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *